Le shinylock

Depuis que le shinyhunting est possible dans les jeux Pokémon, sa pratique a maintes fois évoluée. Différentes méthodes sont apparues au fil du temps, permettant de rendre la chasse aux Pokémon chromatiques plus accessible en proposant des taux de rencontres variés. Si tout est fait pour qu’aujourd’hui, tout le monde y trouve son compte, il y a pourtant un cas que je n’ai pas encore abordé qui est redouté par tous les shasseurs : le fait qu’un Pokémon soit shinylock. C’est à dire qu’il soit programmé pour ne pas apparaître chromatique.


Rencontre avec Zekrom shiny - Pokémon Blanc
Il est toujours possible de shasser un Pokémon shiny grâce à des codes.

Rétrospectivement, les premiers Pokémon shinylock sont apparus en cinquième génération avec Victini, Reshiram et Zekrom. Au fil des jeux, la liste des Pokémon concernés changea en fonction de ceux disponible. Il existe pourtant une constance dans le choix de ces Pokémon puisque ce sont majoritairement les légendaires qui sont concernés, ainsi que les starters depuis Pokémon Let’s Go. Si Game Freak n’a pas pour habitude de communiquer directement au sujet des shiny, Junichi Masuda révéla la raison de l’existence du shinylock, au cours d’une interview accordée à Newtiteuf et David Lafarge en 2017 : « Il s’agit tout simplement d’équilibre : les Pokémon légendaires sont des Pokémon extrêmement rare. Si ces derniers pouvaient être chromatique, ils seraient encore plus rare et cela créerait un déséquilibre. » Suite à cela, Newtiteuf rétorqua en abordant les distributions de légendaires shiny. Ce à quoi Masuda répondit : « Il s’agit de créer un souvenir pour les gens. A cet événement, les joueurs auront reçu ce Pokémon et se souviendront de ce qu’ils ont vécu à ce moment là. »

Si pendant longtemps, j’ai vu le shinylock comme quelque chose de néfaste et les distributions comme un moyen opportuniste d’utiliser la popularité des shiny pour attirer les joueurs dans le Micromania le plus proche, je vois désormais les choses différemment. L’interview précédemment citée ayant été le point de départ de ma réflexion.


En réalité, je pense que le shinylock est quelque chose de logique. En effet, cela apporte de la cohérence à l’univers Pokémon. En effet, pourquoi est-ce que ce Pokémon légendaire que je viens de voir dans une cinématique n’a plus les mêmes couleurs qu’il y a quelques secondes ? Par exemple, Zekrom est un Pokémon unique dans Pokémon Blanc. Il n’est donc pas cohérent de le voir changer de couleurs sous prétexte que nous le combattons. Le même raisonnement peux s’appliquer pour les starters et les Pokémon donnés (à partir respectivement de Let’s Go et d’Épée et Bouclier) : puisque nous recevons un Pokémon non shiny, il n’est pas cohérent qu’il puisse devenir chromatique une fois en notre possession, et ce, malgré que ce soit théoriquement possible au vu de la formule de génération des chromatiques.

Rencontre avec le Tranchodon chromatique de Pokémon Noir et Blanc 2
Chromatique un jour, chromatique toujours !

C’est donc pour cela que la plupart des Pokémon shinylock peuvent être désormais shassés dans un jeu sorti ultérieurement. Les exemples les plus marquants sont certainement Reshiram et Zekrom ainsi que Xerneas et Yveltal qu’il est possible de shasser respectivement via les anneaux de Hoopa dans Rubis Oméga et Saphir Alpha et les ultra-brèches de Pokémon Ultra Soleil et Ultra Lune.

A l’inverse, puisque la plupart des Pokémon peuvent être rencontrés en chromatique, il est tout à fait possible que l’un d’entre eux ait élu domicile dans la Réserve Naturelle de Pokémon Noir 2 et Blanc 2 comme le Tranchodon que nous y rencontrons. Pour reprendre le cas des dons, si un dresseur concède à nous donner un shiny, alors il est normal qu’il le soit en permanence, comme le Griknot le Minidraco offert dans ces mêmes jeux.

Concernant les distributions, étant donné que ces dernières se sont multipliées au fil des années, offrir des Pokémon chromatique permet de redonner la symbolique de ces Pokémon événements, ces derniers étant plus rare et plus marquants.


Il y a, néanmoins, de nombreux faits qui font passer le shinylock pour une tentative maladroite de Game Freak de réguler l’apparition des shiny. Tout d’abord, parce que la cohérence de l’univers des jeux peut être remise en cause. Par exemple, pourquoi est-ce que ce sont toujours des enfants qui sauvent leur région d’une organisation ennemie ? Il n’y a aucun dresseur plus compétent et plus expérimenté, comme les membres du Conseil 4 ou le Maître de la Ligue, de disponible ? Autre cas : comment expliquer que des Pokémon à apparition fixe, comme les légendaires dans les jeux de quatrième génération, apparaissent dans l’overworld via leur sprite non chromatique mais peuvent tout de même l’être en combat ? Evidemment, la plupart des ces « problèmes » de cohérence ne sont en rien gênant pour le joueur puisqu’il s’agit de choix techniques ou lié au gameplay.

Rencontre avec Célébi - Pokémon Cristal
Heureusement pour les joueurs, shasser Célébi sur Cristal 3DS est possible.

Autre soucis : Game Freak aura attendu 10 ans, depuis l’apparition des shiny, pour s’intéresser sérieusement à ces derniers. Or, c’est à l’époque des jeux de deuxième et troisième génération que la communauté shinyhunting s’est développée et a pris l’habitude de pouvoir shasser (presque) n’importe quel Pokémon. Difficile d’intégrer que les légendaires, puis les starters, ne puissent plus être disponible à la shasse alors que ce fut le cas pendant des années. Je pense que c’est principalement dû au fait que Game Freak s’est rendu compte, un peu trop tard, du potentiel qu’avaient les shiny et que les chercher pouvait représenter une activité à part entière. J’imagine qu’à la base, le taux d’1/8192 permettait à GF de penser que seule la chance provoquerait l’apparition d’un shiny et que personne n’aurait la patience de les shasser.


En conclusion, le shinylock permet de rendre l’apparition des shiny plus cohérente dans l’univers du monde Pokémon. Malheureusement, Game Freak ne s’en occupera que très tardivement, alors que le shinyhunting aura déjà pris une place importante comme activité indépendante au sein de la communauté, au même titre que la stratégie. De manière générale, je pense que Game Freak s’est progressivement intéressé à la shasse, voyant que cela était devenue une pratique à part entière mais que cette dernière créait des inégalités entre les joueurs : certains ne souhaitant pas passer des heures pour en obtenir un. Ce qui donna notamment naissance au charme chroma et à l’ensemble des méthodes que nous connaissons aujourd’hui, permettant d’augmenter le taux d’apparition des shiny ainsi que l’augmentation générale du taux à partir de la 6G en 1/4096.

Capture du site Pokémon Éléments SH
Pokémon Elements Sh – Quand la communauté française s’unit pour créer un support pour la shasse !

Au vu de la disponibilité de la forme chromatique de certains Pokémon anciennement soumis au shinylock, il ne serait pas fou de penser qu’un jour, il soit possible de shasser n’importe quel Pokémon dans un jeu futur. En espérant, toute fois, qu’il soit possible de rencontrer, à nouveau, les Pokémon fabuleux dans un contexte cohérent et donc prétexte à la shasse.

Merci à Pokébip, Pokémon Trash et Pokékalos pour les images ainsi que Newtiteuf et David Lafarge pour leur interview de Junichi Masuda et Shigeru Ohmori.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :