Mon classement des RPG Pokémon principaux

Cela fait un moment que je songe à vous partager ce que je pense de chaque RPG Pokémon. Hormis via mes critiques, j’ai eu l’occasion d’en citer quelques uns au cours de certains articles sans indiquer clairement quels jeux je préférais et ceux m’ayant déçus. Étant donné que Pokémon a une place importante dans ma vie de joueur, il était temps de rattraper ça !


15 – Pokémon Rubis Oméga et Saphir Alpha

J’ai moyennement accroché à X et Y. Pourtant, j’étais plutôt heureux d’apprendre que Rubis et Saphir aurait un remake. Malgré ça, quelle désillusion furent ces derniers à mes yeux. Evidemment, j’ai été content de retrouver Hoenn. Mais à côté de ça, j’ai trouvé les jeux extrêmement simplifiés. Entre Latias/Latios qui nous rejoint sans combattre, l’Épisode Delta qui n’a aucun sens, hormis rallonger artificiellement la durée de vie, Deoxys qui n’est plus un fabuleux et le fait que j’ai roulé sur le jeu, sauf pendant le combat contre Primo Groudon/Kyogre, c’est clairement pas passé. Enfin, ça ne touche que moi, mais le fait que ma shasse de Kaiminus (optimisé de la pire des manières certes) ait duré plus de deux ans n’a fait que renforcer mon aversion envers ces jeux.


14 – Pokémon Soleil et Lune

Depuis que je joue à Pokémon, ce fut la première fois que j’ai aussi peu accroché à une génération. Alola a eu son public mais je suis clairement passé à côté. Après la 6G, l’accessibilité semble avoir été une priorité puisque j’ai ressenti le début du jeu comme un tutoriel d’une heure. Forcément, connaissant les mécaniques de la série, ça m’a saoulé. Ensuite, l’ambiance festive permanente a desservi mon expérience de jeu. Tout le monde est heureux tout le temps, notre personnage n’a qu’une expression faciale et les musiques, qui d’habitude me séduisent, ne m’ont fait ni chaud ni froid. Mention spéciale à celle pendant les Epreuves. Ce sont censés être des étapes importantes dans notre partie mais j’ai eu l’impression de participer à un mini-jeu. Et pourtant, je dois reconnaître que la difficulté a été sérieusement revue à la hausse. Moi le premier, j’ai galéré à réussir l’épreuve Spectre ! Et surtout, dans cette ambiance mignonette, le scénario est sombre. Elsa-Mina est violente lorsqu’elle s’adresse à ses enfants et on parle de Pokémon cryogénisés. Dommage que le reste ne suive pas…


13 – Pokémon Ultra-Soleil et Ultra-Lune

Je n’ai pas trouvé USUL nettement meilleur que Soleil et Lune, mais j’ai plutôt apprécié que la difficulté ait été encore revue à la hausse. J’ai ressenti, encore plus que dans les précédents épisodes, le besoin d’activer en permanence le Multi-Exp. qui permet d’éviter, en grande partie, les phases longues et répétitives d’entrainements. A côté de ça, si l’Épisode Rainbow Rocket n’est pas très recherché, le fan-service est là, et ça permet de clôturer, d’une certaine manière, le sort des antagonistes rencontrés jusqu’alors dans la série. Et même si je comprends la grogne des joueurs par rapport à sa faible valeur ajoutée, n’en attendant rien, j’ai su apprécier ces quelques changements. 


12 – Pokémon X et Y

Après le pied monumental que j’ai pris avec la 5G, X et Y ont eu l’effet d’une douche froide. La faute à une difficulté revue à la baisse et à un rythme complètement aux fraises. Je me souviendrais toujours avoir commencé à rouler sur le jeu à partir de Roche-sur-Gliffe, après cette longue promenade m’ayant permis de prendre beaucoup trop de niveau puisque j’avais laissé le Multi Exp. activé. Mais comme dit dans un précédent article, si le rythme de jeu est bien calibré, son utilisation devient tout sauf abusée. Autre soucis majeur qui m’aura énervé d’un bout à l’autre : la sur-présence des précédentes générations, et plus particulièrement de la première. Entre les Pokémon de Kalos qui sont considérés comme rares dans la plupart des zones, la Forêt de Neuvartault qui est un strict copier-coller de la Forêt de Jade, le fait qu’on nous donne Bulbizarre, Salamèche ou Carapuce PENDANT l’aventure et, à défaut d’avoir quelques nouveaux Pokémon à attraper en post-game (coucou Zygarde et son absence de cohérence dans le jeu), la possibilité de trouver Sulfura/Electhor/Artikodin et bien sûr Mewtwo dans… la Grotte Inconnue ! Car quitte à reprendre le contenu de Rouge et Bleu, autant garder les mêmes termes c’est plus simple !

A côté de ça, il y a tout de même deux points qui ont fait mouche. J’ai trouvé les musiques absolument géniales ! Au niveau auditif, mon aventure fut au moins réussie. Enfin, j’ai apprécié avoir plusieurs nouvelles méthodes de shinyhunting pour pouvoir varier les plaisirs !


11 – Pokémon Rouge Feu et Vert Feuille

J’ai toujours beaucoup aimé la 1G et Rubis et Saphir font partie de mes jeux préférés. En toute logique, j’aurais dû apprécier Rouge Feu et Vert Feuille. Pourtant je peine, encore aujourd’hui, à comprendre pourquoi je n’ai pas accroché à ces remakes. Je les aient trouvé plutôt plats et sans grand intérêt. L’intrigue est bien retranscrite et j’y ai joué des dizaines d’heures (au point d’y trouver quelques shiny par hasard) mais je n’en ai pas un souvenir impérissable. Et ce, malgré la tentative plutôt sympathique de rajouter du contenu grâce aux Îles Sevii.


10 – Pokémon Diamant et Perle/Platine

Diamant, Perle et Platine ont une position neutre dans ce classement. Pour la simple et bonne raison que je n’ai pas assez de souvenirs de ses jeux. A croire qu’ils ne m’ont pas marqué. Pourtant, c’est avec ces jeux que j’ai commencé à en importer du Japon. Je vous laisse imaginer l’excitation que j’ai ressenti à 14 ans lorsque j’ai pu découvrir Sinnoh bien avant la plupart des joueurs français. C’est aussi à cette époque que j’ai débutais sérieusement la shasse avec Regigigas sur Perle. Malheureusement rien n’y fait, ces jeux ne m’ont pas assez touché (positivement ou négativement), à l’instar de tous les autres.


9 – Pokémon : Let’s Go, Pikachu et Let’s Go, Évoli

Si vous me connaissez un minimum, vous savez que j’ai plutôt apprécié Let’s Go. Septique au premier abord, je l’ai trouvé sans prise de tête et plutôt fun. Certes il ne brille pas par son contenu, mais n’ayant jamais été présenté comme étant aussi complet que les autres jeux principaux, ce n’est en rien dérangeant. A force d’en parler sur les toits, cela commence à se savoir, mais j’apprécie beaucoup le shinyhunting sur ces jeux qui ont le mérite de proposer quelque chose de neuf à ce niveau-là.


8 – Pokémon Épée et Bouclier

J’ai eu beau avoir de belles surprises en parcourant Galar (la découverte des nouveaux Pokémon, le traitement des rivaux, les musiques etc.), je ne peux décemment pas placer ces jeux, à l’heure actuelle, plus haut dans mon classement. Entre la gestion du scénario improbable et le shinyhunting complètement à la ramasse, j’espère que les quelques heures supplémentaires que m’apporteront le pass d’extension enjolivera un peu plus mon avis. Bref, comme j’indiquais dans ma critique, Épée et Bouclier sont bourrés de bonnes idées mais pas assez exploitées.


7 – Pokémon Rouge et Bleu/Jaune

C’est toujours difficile de classer ses premiers jeux Pokémon. Comme pour beaucoup, la 1G est culte ! Que ce soit les Pokémon, les musiques ou les dialogues, impossible d’oublier ces jeux. Je classe volontairement Jaune à la même place car malgré la tentative d’en faire un jeu différent via les éléments de l’animé, le feeling ressenti en y jouant fut très similaire.


6 – Pokémon Émeraude

J’ai beaucoup aimé Rubis et Saphir, donc j’ai beaucoup aimé Emeraude. Mais n’étant pas fan de la Zone de Combat, j’y ai surtout pris plaisir en connaissance de cause que par un réel sentiment de découverte.


5 – Pokémon Noir et Blanc

Ironiquement parlant, j’ai commencé par détester Noir et Blanc à cause de l’absence d’anciens Pokémon (bien avant de réaliser que cela pouvait être une force) et par son post-game et la hausse inattendue de la difficulté. Ce n’est qu’avec beaucoup de recul que j’ai finalement pu apprécier ces jeux. D’ailleurs, m’étant procuré Pokémon Blanc en japonais, je n’avais acheté que Noir à sa sortie française, ne voyant pas l’intérêt de craquer pour les deux jeux, comme à mon habitude. Bien évidemment, j’ai réparé cet affront quelques mois plus tard.


4 – Pokémon Or et Argent/Cristal

C’est pas compliqué, ces jeux sont comme la 1G mais en mieux. Le fait de s’être servi du duo initial pour créer une nouvelle région a beaucoup aidé. Coup de coeur sur l’OST qui est, sans conteste, ma préférée de la licence. Toutes les musiques me font toujours autant vibrer. Je me souviendrais toujours de la surprise que j’ai eu en découvrant que je pouvais aussi visiter Kanto. Dommage que cette feature nuise à la difficulté de ces jeux. Pour l’anecdote, et ce malgré plusieurs tentatives, je n’ai jamais fini Cristal. Sa place, aux côtés de ses ainés est donc purement symbolique.


3 – Pokémon Rubis et Saphir

A l’instar de Or et Argent, la 3G fut une grosse claque pour moi ! C’est la génération qui doit contenir le plus de Pokémon que j’aime. J’ai deux souvenirs importants sur ces jeux. Pour arriver à affronter la ligue, j’avais parcouru toute la région pour entrainer mon équipe avec tous les dresseurs que j’avais esquivés jusque là. Autant dire que ces Pokémon (Laggron, Grolem, puis remplacé par Braségali, Ténéfix, Mackogneur, Magnéton, Kaimorse) m’ont suivis pendant des années jusqu’à atteindre le niveau 100 en combattant au Mont Bataille de Colosseum et XD. Mon second souvenir est la réussite intégrale de tous les concours. Allez savoir pourquoi, j’avais pris mon pied à l’époque avec ces derniers.


2 – Pokémon Or HeartGold et Argent SoulSilver

Le seul remake que j’ai apprécié ! Pour moi, HGSS est LA représentation du fan service. Dans ce remake, ça fonctionne parfaitement. Bien évidemment, le lecteur GB a grandement contribué à cette appréciation générale. Et autant je trouvais que la GBA n’apportait rien à Rouge Feu et Vert Feuille, autant la DS m’a permis de réellement avoir l’impression d’être en face d’un vrai remake. En terme de souvenir fort, je retiendrais notamment la trouvaille de Héricendre shiny en deux heures environ et cinq minutes après avoir appris que j’avais obtenu mon permis.


1 – Pokémon Noir 2 et Blanc 2

Jamais un jeu complémentaire n’aura été aussi dense. Si en avoir fait une suite est plus un argument marketing qu’autre chose, cela a permis de justifier les ajouts via la connexion avec Noir et Blanc. Rajoutons à ça l’ajout d’anciens Pokémon rendant notre aventure plus agréable, de nouvelles quêtes annexes, des quêtes et zones exclusives au post-game et surtout, l’apparition de mode de difficulté. Pour moi, NB2 sont de très loin les jeux les plus complets de la série et de facto, mes préférés !

Une réflexion sur “Mon classement des RPG Pokémon principaux

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :